Polémique autour d'une amende pour conduite en voile intégral

Posted: samedi 24 avril 2010 by Atlantès in Libellés :
0


Une jeune Française conteste l'amende qu'elle a dû payer pour conduite en voile islamique intégral, une affaire qui a alimenté vendredi la polémique sur une interdiction totale du niqab proposée par le gouvernement.

La femme agée de 31 ans, portant depuis neuf ans un niqab - voile couvrant l'ensemble du corps à l'exception des yeux -, a raconté avoir été arrêtée par des policiers le mois dernier dans une rue de Nantes dans l'ouest de la France.

"Je ne sais pas comment cela se passe dans votre pays, mais chez nous on ne conduit pas comme ça", lui a déclaré un policier. "Je lui ai dit: +chez vous, c'est aussi chez moi, parce que je suis Française", selon son récit aux journalistes.

Elle a ensuite présenté ses papiers, enlevé son voile pour identification et s'est vue dresser un procès verbal.

Le document mentionne un article du Code la route prévoyant une amende de 22 euros pour "circulation dans des conditions non aisées", le policier prétendant que le champ de vision de la jeune femme était réduit.

L'avocat de la conductrice, Jean-Michel Pollono, a affirmé que sa cliente n'était "pas une femme soumise, mais une intellectuelle", née en France et d'origine métropolitaine.

"Cette amende est injustifiée en termes de sécurité routière et constitue une atteinte aux droits de l'homme... et de la femme", a-t-il déclaré à l'AFP. Il a adressé une lettre de contestation au ministère public.

Cette affaire survient alors que le gouvernement français a annoncé cette semaine vouloir faire rapidement interdire par une loi le voile intégral dans tout l'espace public, un sujet sensible dans un pays où vivent cinq à six millions de musulmans, même si le niqab ne concerne qu'une toute petite minorité de femmes.

La polémique sur la conductrice s'est amplifiée avec une lettre vendredi du ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, à son collègue de l'Immigration Eric Besson lui demandant de voir si la nationalité française pouvait être retirée à son conjoint.

Estimant la contravention dressée "à juste titre", Hortefeux note que l'homme "né à Alger et ayant acquis la nationalité française par mariage en 1999, appartiendrait à la mouvance radicale du +Tabligh+ et vivrait ensituation de polygamie, avec quatre femmes dont il aurait eu douze enfants".

Ces femmes "bénéficieraient de l'allocation de parent isolé (et) porteraient le voile intégral", dit-il. Il demande de "faire étudier les conditions dans lesquelles, si ces faits étaient confirmés, l'intéressé pourrait être déchu de la nationalité française".

Le ministre a aussi réclamé au représentant local de l'Etat de veiller à ce que soient réprimés la polygamie et la fraude aux aides sociales si ces faits étaient confirmés.

Le projet de la France d'interdire le port du voile intégral islamique suscite des critiques au Québec où un texte similaire d'une portée plus modeste sera examiné en commission parlementaire à partir du 19 mai prochain.

Le sujet intéresse d'autant plus au Canada que le débat sur les accommodements raisonnables" - consentis à des minorités ou des groupes religieux - s'y poursuit en permanence.

Mais les commentaires recueillis par l'AFP portent en premier lieu sur les conséquences pratiques des mesures envisagées en France.

0 commentaires: