Le football national en berne

Posted: dimanche 27 juin 2010 by Atlantès in Libellés :
0


Après des mois de crise, l'équipe de France finit par implosé en pleine coupe du monde, devant des millions de téléspectateur scandalisé, la sélection de Domenech parle de secret, de conflit interne, les rumeurs vont bon train et c'est finalement une fois de retour au pays que les langues se délie. Thierry Henry nous parle d'une presse qui fait son beurre au conditionnel, "Anelka aurait dis..." mais qu'en ai-t-il vraiment, toujours selon Thierry Henry ce ne sont que des fausse rumeur, Anelka n'a pas insulté le coach, mais juste marmonné des paroles dans son coin, bref le groupe se défend comme ils peut devant la presse à coup de compagne médiatique uniforme, du côté d'Evra et Abidal même son de cloche.
Pour ma part je vous fais part de mon indignation devant l'importance donné à de telle fais, une équipe national a des devoirs, si ces dernier ne sont pas validé par une rigueur exemplaire sensé représenté le football de la nation, les sanctions doivent être appliqué à juste mesure, sans polémique ni intervention de la presse, sinon cela devient automatiquement une affaire extra-sportive.
"Les états généraux du football national" et pourquoi pas les états généraux de la pétanque pendant qu'on y est?! Il est urgent que chaque citoyen tourne le dos à ce genre de méthode de surmédiatisation d'un fait sportif banal. Ce problème dur déjà depuis 2002, l'équipe de France a perdu son élan offensif et n'arrive à battre des petites nation européenne qu'avec peine, si les sanctions était tombé et que chacun avait pris ses responsabilité dès le départ du problème, on aurait reconstruis une vrai équipe national avant la coupe de 2010 en Afrique du Sud.
Au rappel pour les ingrats, nous avons été finaliste en 2006 limite victorieux donc laissons un peu cette équipe soufflé et redoré son blason, ce n'est pas la première fois que notre équipe est en berne, nous pouvons mieux faire, je lance un brin d'optimisme justifié pour les années avenir.
Pour finir je pense qu'il est inutile de cherché des excuses aux joueurs compte à leur performance pitoyable fasse à l'Afrique du Sud, on pouvait lire dans leur jeu la volonté de laissé faire, à aucun moment ils ont sortit les crocs fasse à l'adversaire, pire on les voyaient marché et laissé passé les balles, zero esprit combatif, leur grève c'est prolongé lors du match, Henry qui donne son brassard de capitaine montrant son refus de joué pour mené le groupe à la révolte, dans un contexte où les leaders baisse les bras et refuse de prendre leur rôle de locomotive pour le groupe, autant arrêter le match tout de suite et déclaré forfait. Ce n'est ni la ministre des sports roselyne bachelot, ni notre président avec son engouement pour le football que l'état d'esprit allait changé, la scission entre le groupe et le sélectionneur est consommé, il fallait osé le dire à spectateur, qui croyait à une simple grève pour Anelka, en attendant la suite de ce feuilleton passionnant, nous pouvons déjà pointé du doigt la fédération qui a faillit à sa fonction.
La fédération française de football aurait du remplacé l'entraîneur de l'équipe dès les premiers signes d'échec du groupe, car quand un bataillon ne remplie pas ses fonctions on n'envoi pas les soldats à la renverse, mais on change le commandant responsable des faits et geste de ses hommes, pourtant là c'est le monde à l'envers, on envoi baladé un jeune homme qui plus est un attanquant (on manque cruellement d'attque), comme si cela allait changé quelque chose à la situation, Anelka coupable désigné d'office, cible facile, décidément si la politique de la FFF ne change pas radicalement pour reprendre les rails du football purement mathématique, on risque de voir se genre d'erreur se répéter.

0 commentaires: